Cérémonie officielle de remise des rapports d’activités de l’ANAQ-Sup

Mars 2018

Communiqué de presse

L’Autorité nationale d’Assurance Qualité de l’Enseignement supérieur (ANAQ-Sup) est une agence autonome de l’Etat sous la tutelle administrative et technique du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), chargée de contribuer à l’amélioration de la qualité du système, des institutions et des programmes de formation de l’enseignement supérieur. Elle a été créée par le décret 2012-837 du 07 août 2012, dans la foulée des réformes de gouvernance engagées dans le sous-secteur de l’enseignement supérieur au Sénégal.

L’ANAQ-SUP est une personne morale de droit public, dotée d’une autonomie financière. Ses organes sont : un Conseil d’administration, un Conseil scientifique et un Secrétaire exécutif.

Le Secrétaire Exécutif de l’ANAQ-Sup remet les rapports d’activités de 2015 et de 2016, au Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Pr. Mary Teuw Niane, au Lagon 2, le Mardi 06 mars 2018 à 09h.

Comme le précise l’article 2 du décret portant création de l’ANAQ-Sup à son dernier alinéa :« lANAQ-SUP produit chaque année un rapport d’activités remis au Ministre chargé de l’Enseignement supérieur et mis à la disposition du public ».

Les principaux résultats notés au cours de ces deux exercices sont entre autres :

  • Une augmentation du nombre d’établissements candidats à l’agrément définitif/habilitation, c’est-à-dire l’autorisation qui permet à un établissement de délivrer des diplômes notamment la Licence, le Master et le Doctorat (LMD). Le nombre de candidatures est passé de 17 en 2014 à 86 en 2016 c’est à dire du simple au quintuple;
  • Une meilleure maîtrise des procédures d’auto-évaluation et de rédaction des rapports d’auto-évaluation qui constituent les éléments de base du travail des experts externes;
  • un progrès dans la conformité aux critères de qualité instaurés par l’ANAQ-Sup, surtout par les établissements privés d’enseignement supérieur.

D’autres acquis très positifs ont été également identifiés :

– avec l’appui de ANAQ-Sup, des Cellules Internes d’Assurance Qualité (CIAQ) ont été mises en place, elles sont les structures au sein des établissements chargées de la mise en œuvre de la politique qualité. Elles ont principalement pour rôle de promouvoir la culture de l’assurance qualité en interne et de coordonner toutes les procédures d’évaluation. Déjà en 2015, on comptait 80 CIAQ dont 68 fonctionnelles dans les établissements privés et tous les EES publics ont des CIAQ fonctionnelles;

– l’évaluation des enseignements par les étudiants est devenue une réalité dans les EES publics et privés ;

– l’élaboration, la validation et la mise en œuvre des programmes de formation impliquent désormais les professionnels et les employeurs. Ceci est fondamental pour la professionnalisation des diplômes, l’insertion et l’employabilité des diplômés ;

– Sous l’impulsion de l’ANAQ-Sup, un projet d’harmonisation des filières d’informatique a été initié par les parties prenantes, suite à leurs évaluations dans le public et dans le privé.

Autant d’éléments qui montrent l’évolution certaine que connaît la culture de l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur au Sénégal.

Ces mutations internes au système ont commencé à susciter un nouveau comportement chez les employeurs, les parents et les étudiants qui ont désormais le réflexe de recourir à l’ANAQ-Sup pour vérifier la qualité des établissements et des diplômes selon les critères et les standards fixés par le Sénégal (agrément/habilitation et accréditation).

L’ANAQ-Sup participe également au développement de l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur au niveau sous régional, africain et mondial à travers :

– l’accompagnement de pays amis et frères du Sénégal dans la mise en place de leur agence nationale d’assurance qualité ;

– la confiance de l’UNESCO qui a demandé à l’ANAQ-Sup d’intégrer la commission de rédaction de la Convention africaine d’Addis-Abeba, relative à la reconnaissance des diplômes en Afrique et la commission internationale de rédaction de la Convention Mondiale de reconnaissance des titres de l’Enseignement supérieur ;

– la contribution de l’ANAQ-Sup aux différents programmes d’Assurance qualité déroulés par des partenaires techniques tels que l’UNESCO, l’AUF, le CAMES, l’USAID/ERA, le DAAD, l’UA et l’UE.