Atelier 3ème composante Unesco-Shenzhen

Atelier 3ème composante Unesco-Shenzhen

Du 18 au 20 février 2020 s’est tenu à l’hôtel Novotel de Dakar, l’atelier international sur le « renforcement des réseaux d’assurance qualité en Afrique et le soutien au développement d’outils régionaux de reconnaissance mutuelle des qualifications ».  L’activité a été organisée par l’UNESCO avec l’appui de l’ANAQ-Sup dans le cadre de la mise en œuvre de la 3ème composante du Projet de fonds en dépôt (FIT) UNESCO/Shenzhen, projet lancé le 14 février 2018, à Dakar.

Pour rappel : L’UNESCO met en œuvre le Projet UNESCO/Shenzhen FIT portant sur le renforcement de l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur en Afrique pour faciliter l’élaboration d’outils de reconnaissance mutuelle des qualifications dans toute l’Afrique. de 2017 à 2020, le projet est appuyé par la République populaire de Chine à travers le gouvernement municipal de Shenzhen.

L’objectif est de renforcer les systèmes d’enseignement supérieur en Afrique à travers l’élaboration de mécanismes d’assurance qualité dans 10 pays africains : la Côte d’Ivoire, l’Egypte, la Gambie, le Malawi, le Mali, la Namibie, le Niger, le Sénégal, le Togo et la Zambie.

Le Sénégal a pu bénéficier de ce projet et ainsi réaliser plusieurs activités par le biais de l’ANAQ-Sup :

  • La formation d’experts évaluateurs au cours de deux sessions ;
  • Le renforcement de capacités de responsable de l’ANAQ-Sup dans le cadre de voyages pour le partage de bonnes pratiques en AQ ;
  • La mise en place d’une plateforme de bonnes pratiques entre cellules internes d’assurance qualité (CIAQ) des établissements au cours d’ateliers ;
  • L’analyse conceptuelle de la digitalisation de l’ANAQ-Sup (E-ANAQ) ;
  • L’élaboration du plan stratégique (2020-2024 et du CDP de l’ANAQ-Sup.

Le 18 février 2020, la cérémonie officielle de lancement a vu la participation du Secrétaire exécutif de l’ANAQ-Sup, Pr. Lamine Gueye, du directeur du bureau régional de l’UNESCO, Dr. Dimitri Sanga, du représentant de l’Ambassadeur de Chine et du Chef de Section Enseignement Supérieur de l’UNESCO siège, Peter Wells. Les participants de l’atelier étaient au nombre de soixante (60) composés principalement de responsables d’agences d’assurance qualité en Afrique ; de responsables de cadres nationaux des qualifications en Afrique ; de présidents de réseaux d’assurance qualité en Afrique, d’Experts en cadres d’assurance qualité et en qualifications, de Responsables de l’assurance qualité et de la reconnaissance de qualifications dans les ministères responsables de l’enseignement supérieur dans les pays africains n’ayant pas encore  d’agences d’assurance qualité/qualifications.

Les sous-thèmes qui ont été traités pendant les 03 jours de présentations et d’échanges sont :

(a)        Promotion de réseaux d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur en Afrique et leur impact sur l’amélioration de la qualité et l’harmonisation de l’enseignement supérieur sur le continent ;

(b)       Cartographie du rôle des agences d’assurance qualité dans la facilitation des décisions d’accréditation dans l’enseignement supérieur et la reconnaissance mutuelle des qualifications sur le continent africain.

La dernière journée a été consacrée à l’identification des perspectives et le moment fort a été la constitution du Réseau Africain Francophone des Agences Nationales d’Assurance Qualité (RAFANAQ) le 20 février.

Les objectifs de ce réseau sont définis dans le statut élaboré à cet effet, il s’agit entre autres de :

  1. Promouvoir une culture d'assurance qualité dans l'enseignement supérieur, la recherche et l’innovation en Afrique francophone ;
  2. Favoriser la collaboration et les liens entre les agences nationales d'assurance qualité en Afrique francophone;
  3. Favoriser l'harmonisation des normes d'assurance qualité entre les pays africains en appuyant la mise en œuvre des directives et normes africaines en matière d’assurance qualité (ASG-QA) ;
  4. Accompagner, par des conseils et de l’expertise, les pays dans la création ou dans la consolidation de leurs agences nationales d’assurance ;
  5. Faciliter la reconnaissance internationale des qualifications pour améliorer la mobilité du personnel et des étudiants en Afrique ;

Le Secrétaire Exécutif de l’ANQ-Sup du Sénégal, le professeur Lamine Gueye a été élu président du RAFANAQ pour un mandat de deux ans.